Révolution au DEP en usinage du CIMME : ENGAGÉ, FORMÉ, PAYÉ !

 

 À la fois manuels et intellectuels, les machinistes usinent des pièces sur machines-outils numériques et conventionnelles. Les partenaires de l’ATE Techniques d’usinages du CIMME : Pratt & Whitney, PJ Machinage, HESS Aerospace & Defense, 3Desco Design, Diacarb, Meloche, Protoconcept, G.M. Précision, Nétur, Alta Précision, Industries de précision rapide, Techni Prodec, Services Jetec, UNA, Bert Transmission et Traf.

(Montréal, le 12 décembre 2017) – D’un côté, les employeurs du secteur de l’usinage sont perpétuellement à la recherche de main-d’œuvre spécialisée… De l’autre, les centres de formation professionnelle qui diplôment des machinistes peinent à attirer les élèves. Entre les deux, Emploi Québec confirme qu’il s’agit d’un « métier en grande demande » et que les salaires qui y prévalent vont de 16 $ à 35 $ / l’heure. Cherchez l’erreur… Le Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d’électricité (CIMME) a donc décidé de « faire la révolution » en prenant le train d’une approche novatrice, bien installée en Europe et que le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur hissait récemment au rang de priorité : l’approche duale.

Jusqu’à 15 000 $

Faisant écho aux programmes de formation professionnelle en alternance travail-études (ATE) déjà présents au Québec, l’approche duale pousse le concept plus loin. Ainsi, le nouveau programme de formation Techniques d’usinage du CIMME repose sur une formation menée en alternance entre les installations pédagogiques du CIMME et l’entreprise, mais le partenariat étroit établi avec 16 employeurs du secteur de l’usinage fait en sorte que les élèves seront engagés par une entreprise. Et payés ! À raison de près de 15 000$ versés en salaire au cours de leurs 14 mois de formation.

« Avec 50 % du temps de formation en emploi et 50 % au CIMME, l’élève chemine les deux pieds dans la réalité du marché du travail. Et parmi les avantages de la formule figure celui de s’imprégner de la culture d’une entreprise, qui pourrait fort bien l’engager à l’obtention de son diplôme d’études professionnelles – DEP », explique Serge Robitaille, directeur du CIMME. « Cette sensation d’être dans le vrai monde » lui parait être un puissant vecteur de motivation… pour choisir une carrière en usinage ! Sans compter qu’en plus d’œuvrer dès le départ dans le métier, les élèves n’ont plus à courir les petits boulots, où la conciliation études/travail va rarement de soi.

Quelle révolution ?!

Le directeur du CIMME s’empresse par ailleurs de souligner que sur les 17 entreprises approchées afin d’établir les partenariats requis, 16 ont embarqué ! « L’approche duale, poursuit Serge Robitaille, invite à révolutionner la relation entre les centres de formation professionnelle et les entreprises qui embauchent les détenteurs de DEP. Avant, les centres formaient les travailleurs et les entreprises accueillaient les diplômés. Là, les entreprises deviennent partie prenante de la formation de leurs futurs travailleurs et y assument avec empressement une part de responsabilité. »

Le CIMME et ses 16 partenaires employeurs de l’ATE Techniques d’usinage sont conscients qu’ils sont, à leur façon, des pionniers. Ce programme, ils l’ont développé en complète concertation, afin d’offrir aux élèves une qualification large et polyvalente et aux employeurs une main-d’œuvre spécialisée formée aux réalités actuelles d’une industrie en pénurie. « On se lance ensemble, tous en même temps, résume le directeur du CIMME. Et on sait qu’on pourrait changer des choses ! »

 

Top école

Offrant huit DEP distincts, le CIMME dispose d’installations impressionnantes, de type usine-école. Parmi les expertises pédagogiques mises de l’avant figure l’enseignement individualisé, permettant un ajustement permanent, en cours de formation, aux besoins et au rythme de l’élève. En alternance travail-études, cette compétence organisationnelle garantira à la fois l’adaptation aux modes de production de l’entreprise partenaire et le respect du cursus complet du DEP, au-delà du contexte spécifique en emploi. Une plus-value que M. Robitaille n’estime pas étrangère au fait que l’ATE Techniques d’usinage du CIMME soit l’un des 10 projets pilotes en formation duale retenus par le ministère, parmi les 30 présentés.

Faisant preuve de dextérité et tirant profit de leur sens du détail, à la fois manuels et intellectuels, les machinistes usinent des pièces sur machines-outils numériques et conventionnelles dans une industrie de la fabrication qui dessert tous les secteurs économiques, de l’aérospatial, aux mines et carrières en passant par l’énergie. La première cohorte d’élèves de l’ATE Techniques d’usinage prend le départ le 22 janvier. Le CIMME est situé dans l’arrondissement LaSalle de Montréal (métro Angrignon), voisin du Cégep André-Laurendeau. Pour information : 514 364-5300, poste 7461 | cimme.ca 


- 30 -

Source :      
Communications – Formation professionnelle
Relations de presse : 514 855-4500, poste 4817
gina.guillemette@csmb.qc.ca

 

Partager sur :